7ème Salon Foi et Création artistique

Dans une récente interview, l’homme de lettres Jean d’Ormesson, à propos d’une question sur sa modestie  rapportait, non sans humour, ce mot d’un prélat : « pour ce qui est de l’humilité, je ne crains personne ! » …

Mais qu’est ce au juste que l’humilité ?

Et peut-on parler d’humilité alors même que l’on expose des œuvres au regard de tous ? (Le sens en serait encore plus fort en anglais, où exposition se traduit par exhibition…)

Cela semble vraiment paradoxal !

 C’est pourtant ce thème choisi pour ce 7ème Salon Artistique « FOI ET CREATION » qui a eu lieu les 5 et 6 avril derniers au CEP d’Evry .

Alors, comment concilier les deux ? Et est-ce seulement possible ?

Allons voir…Parmi toutes ces œuvres exposées, laquelle nous parle le plus d’humilité ?

Est-ce la fine dentelle faite de simples fils croisés, qui par un subtil et minutieux travail se transforme en œuvre d’art ? Ou bien la main qui a patiemment sculpté le bois, la pierre ? Est ce le regard d’un photographe qui s’attarde sur la simplicité ou la rudesse d’un visage, d’un paysage ?

Ou celui qui cherche à assembler toute sorte d’éléments offerts par la nature, habituellement délaissés, (végétaux, bois ), afin d’en composer une décoration harmonieuse ?

En réalité, tous les tableaux aux douces couleurs chatoyantes, peints d’une main maîtrisée, tous les bijoux délicats issus de tiges de verre de Murano en fusion, tous les travaux de couture traditionnelle ou inventive, non seulement expriment un art, mais rendent un hommage silencieux à Celui qui en a gratifié les auteurs.

Car, sous chaque œuvre exposée est cité un verset biblique qui l’a inspirée, dont elle est l’illustration :

C’est ici Matthieu 5;3 , extrait des Béatitudes qui proclame: « Heureux ceux qui ont l’esprit d’humilité car le royaume des cieux est à eux »

Ou plus loin, Proverbes 15 ;33 qui nous enseigne que « l’humilité précède la gloire »

Ou encore Philippiens 2 ;3 qui nous exhorte : « ne faites rien par rivalité ou vaine gloire, mais dans l’humilité, estimez les autres supérieurs à vous –mêmes. »

C’est aussi l’exemple que Jésus nous a montré en lavant les pieds de ses disciples, dans Jean 13 ; versets 14 et 15 : « Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux  autres, car je vous ai donné un exemple… »

D’une  toute autre manière s’est exprimée la gratitude des participants au « CONCERT DE POCHE » . Poèmes, chants, musique et danse étaient une louange vivante , un message de reconnaissance, une déclaration d’amour à Jésus Christ notre Sauveur et Seigneur.

Et que dire du témoignage de vie si poignant et pourtant parfois si drôle d’un peintre dont l’humilité resplendissait au fur et à mesure qu’il nous parlait de l’amour de Dieu pour lui ? Sa joie était la preuve vivante que l’humilité  n’est ni la tristesse, ni l’accablement !

Alors, devant tous ces talents exprimés  qui ont comme finalité  de rendre grâce à Celui qui les a si généreusement, si libéralement distribués, on comprend que peu importe ce que l’on fait, que l’on expose ou pas, que l’on s’expose ou pas, l’humilité est avant tout une « affaire de cœur »…

C’est offrir à Dieu le fruit d’un talent, d’un travail. C’est Lui exprimer par un geste créateur, qu’Il a voulu semblable au sien, une profonde reconnaissance .

Et, tout comme les petits carrés d’un patchwork qui était exposé, tous différents, mais harmonieusement assemblés pour former une grande et belle pièce  utile et cohérente, les artistes de ce 7ème Salon de FOI ET CREATION, nous ont parlé de beauté certes, d’émotion il est vrai, mais surtout d’humilité.

Parce que, comme me le confiait une femme sculpteur, « c’est une chose en nous qui nous dépasse… »

Et, le reconnaître, c’est ne pas s’en attribuer tout le mérite, mais c’est offrir à Dieu le fruit d’un talent, d’un travail, c’est Lui exprimer les remerciements d’un cœur reconnaissant, c’est Lui redonner toute la gloire.

Francine Armbruster